Defiscalisation à la réunion

Les objectifs de la défiscalisation peuvent être multiples : obtenir une réduction ou l’annulation de l’impôt, défiscaliser l’année en cours, diversifier ses investissements, créer un patrimoine, créer des revenus, protéger sa famille…Découvrons les effets de ces dispositifs de défiscalisation à l’île de la Réunion.

En 2009, ralentissement de la construction de nouveaux programmes

Entre 2003 et 2008, les différents dispositifs incitatifs de défiscalisation ont permis de répondre à la demande croissante de logements privés et sociaux des réunionnais. Les investisseurs, motivés par la perspective d’une réduction d’impôt importante sur 6, 9 ou 12 ans ont acheté massivement sur la période des appartements de petites et moyennes surfaces (F2 et F3) : + 176 000 à 285 000 unités. Aujourd’hui, on estime ce volume à 319 000 logements (source : André Ladevèze, de la FNAIM).

Conséquence à ce jour : tous les appartements privés arrivés en fin de défiscalisation (et ils sont nombreux !) sont mis à la vente sur le marché par les propriétaires. Le volume d’appartement neufs à la Réunion étant plus important que la demande, les prix pour ce type de bien baissent fortement ! Quant aux investisseurs, ils ne les achètent pas, car leur intérêt est avant tout d’acheter du neuf pour, ensuite, défiscaliser !

 

Une offre excédentaire d’appartements qui fait baisser les prix

L’abondance d’appartements en sortie de défiscalisation mis à la vente entraine une offre excédentaire dans certains secteurs et fait logiquement baisser les prix. On peut noter une baisse de 20 à 40 % de la valeur de ces biens à la revente : une aubaine pour les acheteurs !

Sur l’Ouest de l’île, les prix restent assez hauts et permettent même à certains vendeurs d’en tirer une plus-value selon les secteurs. Toutefois, beaucoup d’appartements demeurent invendus quand le propriétaire persiste à afficher un prix de vente élevé.

En métropole, ce phénomène de baisse des prix existe aussi, notamment dans les zones où le marché de l’emploi n’est pas dynamique.

 

Qui achète ces biens arrivés en fin de défiscalisation ?

Des célibataires ou couples n’ayant pas le budget pour une villa ! Ces acheteurs ont en moyenne un budget maximum de 130 000€ pour un F3.

Déception pour les vendeurs (en majorité métropolitains et non-résidents à 80 %) qui en demanderaient entre 165 000 à 190 000 euros. Les réunionnais disposant de revenus moyens devront plutôt s’orienter vers une petite villa type F4, qui elle, ne subit pas la même décote que ceux précédemment cités.

L’acheteur réunionnais à petits revenus trouvera son bonheur parmi tous les appartements de petites et moyennes surfaces, en sortie de défiscalisation. Autre point positif : s’il veut investir lui-même pour sa résidence principale, il obtiendra un prix d’achat très intéressant sur ce type de bien.